L’hypnose chez l’enfant fascine par sa simplicité.

A la différence de l’adulte, c’est l’enfant qui conduit le jeu hypnotique et le rôle du thérapeute est de se pencher sur lui pour l’écouter et l’observer.
Les enfants sont plus sensibles que les adultes et aussi plus réceptifs aux solutions suggérées sous hypnose car ils sont plus confiants et croient sans retenue.
Très sensibles entre 3 et 7 ans, ils augmentent leur capacité imaginative entre 7 et 12 ans pour rejoindre progressivement le monde des adultes.
Le monde du merveilleux dans lequel ils entrent avec facilité se révèle un outil précieux pour résoudre les problèmes de :

  • Bégaiement, troubles du langage,
  • TDAH (déficit de l’attention, hyperactivité),
  • Manque de confiance, manque d’estime de soi, timidité, difficultés à parler en public, peur du regard des autres, blocages émotionnels,
  • Troubles du sommeil, énurésie, onychophagie (ongles rongés), anorexie/boulimie,
  • Phobies, peur des piqures, du médecin, du dentiste, peur du noir, des insectes, araignées, de l’eau,
  • Stress, stress post-traumatique,
  • Douleurs post traumatiques, chocs, céphalées, migraines, vomissements,
  • Addictions au tabac, drogues, alcool ; addiction aux écrans (portable, ordinateur, jeux virtuels).

La présence des parents est indispensable en début de séance pour informer le thérapeute du problème à résoudre, expliquer comment il est survenu et aussi préciser les intentions de chacun et le contexte.
Puis selon l’âge de l’enfant et son autonomie affective, la séance se déroule hors de la présence des parents pour permettre à la relation de confiance de s’établir entre thérapeute et enfant.
De trois à quatre ans il est possible que la présence d’un parent soit nécessaire.
L’hypnose Ericksonienne étant une thérapie brève, la plupart des cas sont résolus en une à trois séances.